• Tant qu'une reine-guerrière sera installée sur le trône de Skala, le royaume connaîtra paix et prospérité. Ainsi le veut la légende. Après plusieurs siècles de matriarcat, un homme a cependant réussi à se hisser sur le trône, et sa première action a été d'éliminer toutes les futures prétendantes à la couronne pour favoriser son fils. Les calamités s'abattent alors sur le pays. Afin de protéger l'unique héritière encore en vie, une magicienne et une sorcière s'associent pour lancer un terrible sortilège, et transformer à sa naissance la jeune enfant en mâle, tuant pour cela son frère jumeau né en même temps. Mais l'esprit du bébé sacrifié a survécu et représente une dangereuse menace...


    Je suis extrèmement partagée au sujet de cette série en six volumes. Je n'arrive pas à décrocher du tout - ce qui est plutôt bon signe - lisant jusqu'aux petites heures du matin jusqu'à m'en user les yeux et ne plus rien comprendre à l'intrigue.

    Tobin, la jeune héritière et seule rescapée du massacre commandité par le roi, vit toute son enfance et son adolescence sous la forme d'un garçon, inconsciente d'être en réalité une fille, ignorant tout du sortilège qui la dissimule ainsi aux yeux du roi qui ne voit là qu'un neveu inoffensif.
    C'est sans compter sur Frère, le fantôime de son jumeau sacrifié pour le sortilège, qui à la fois la hait et la protège... Tobin va peu à peu grandir, entouré de fidèles compagnons, et découvrir quel est sa véritable nature...

    Fantasy plutôt classique, bien écrite, avec suffisamment de rebondissements pour tenir le lecteur en haleine. Les personnages sont attachants, l'intrigue est bien ficelée, et quelques idées originales donnent sa particularité à cette série. Non, vraiment, j'aime beaucoup.

    Mais... Je suis assez frustrée en même temps. Quand on aime, on voudrait que cela dure longtemps (plus c'est long, plus c'est bon, nous dit le vieil adage), et je trouve que Le royaume de Tobin est bien trop court.
    On sent que l'auteur a créé tout un univers complexe et fouillé derrière l'histoire, et justement, on aimerait bien en voir un peu plus. Quand je vois qu'un an de l'histoire est expédié en deux lignes, personnellement ça me hérisse. Peut-être qu'il ne se passe pas grand chose pendant cette année, mais cela donne bien trop l'impression que l'auteur n'avait pas trop envie fouiller plus avant l'action.
    De plus, à cause de ces raccourcis, on ne voit pas Tobin grandir - dans le tome cinq, par exemple, j'ai appris avec grande surprise qu'il avait déjà seize ans, alors que je le voyais toujours comme un gamin.

    En résumé, une bonne série de fantasy tout ce qu'il y a de plus classique,  mais hélas bien trop courte. Que cela ne vous empêche pas de vous y intéresser !

    votre commentaire
  • Savez-vous, Mademoiselle, que j'ai dans mon magasin Zinzin, l'écharde qui, jadis, piqua le doigt de la Belle aux Bois Dormant...
    J'ai aussi l'authentique petit pois de la Princesse au Petit Pois et bien d'autres merveilles encore...
    Entrez, entrez... Laissez-vous tenter...



    Magasin Zinzin / Frederic Clément




    Album plein d'enchantements destiné aux enfants mais surtout aux adultes.
    Frédéric Tic Tic déroule toutes les merveilles et tous les objets rares qu'il possède en son magasin devant les yeux d'Alys, "petite marchandes de merveilleuses merveilles"
    Inventaire de Prévert rehaussé par le magnifiques illustrations - collages/dessins/peintures ? - tout est une invitation à laisser parler les rêves et l'imagination, tels les tableaux des surréalistes... La typographie fait aussi partie de l'image - est aussi l'image, en fin de compte,  accentuant encore plus la poésie et les jeux de mots du texte.

    On y trouve beaucoup de références aux contes traditionnels, mais aussi à Alice au Pays des Merveilles ou au Petit Prince...

    A lire et à relire, pour l'invitation au voyage merveilleux auquel nous convie l'auteur, pour la poésie du texte, pour la beauté des illustrations, pour le plaisir de savourer...


    Magasin Zinzin
    Frédéric Clément
    Ed. Albin Michel Jeunesse
    22, 90 €

    votre commentaire
  • Illustrateur free-lance de fantasy, né en 1972 et vivant au Etats-Unis, Christopher Shy a oeuvré pour des couvertures de livres, des comics et des jeux de rôles.

    Etranges illustrations d'un onirisme à la fois froid et sensible, son talent le situe plutôt dans la fantasy urbaine - et parfois l'horreur.

    Mais les illustrations parleront mieux de son talent que moi !


    conversation avec la mort   portrait shy


    foret


    vent


    etoile rouge   scarifications


    baignoire


    revolver   alice


    sacrifice


    Alors comme je suis une sale égoïste et que j'aime me faire plaisir, j'ai mis essentiellement uniquement des illustrations qui me plaisent. J'avoue, c'est un peu réducteur comme façon de faire, mais il fallait bien choisir d'une façon ou d'une autre.


    Vous pourrez trouver le reste de ses illustrations sur son site, le studio Ronin.

    1 commentaire
  • En cherchant quelques jolis poster à placarder sur les murs de mon salon, je suis tombée sur un artiste pour qui j'ai eu un coup de coeur immédiat : Joseph Corsentino.
    Bon, malheureusement, je n'ai aucunes informations sur lui - sa date de naissance, sa pointure, tout ça tout ça, on oublie - mais je peux vous montrer quelques unes de ses oeuvres par contre !

    Ce qui va suivre fait parti de la série d'images concernant les fées ; on trouve également sur son site des anges, des vampires et autres créatures extraordinaires...

    Et maintenant...

    Savourez...


     fee1 


    fee2

      
    fee3


    fee4
      


    Envie d'en voir plus ? Allez par ici...





    bannière


    2 commentaires
  • Rachel a neuf ans, une institutrice humiliante, des parents vaches et une copine garce. A neuf ans, on est puni quand on donne son avis. On peste quand les parents gloussent. On glousse quand les parents pestent. On découvre aussi de nouvelles sensations bizarres...
    Cette grande petite fille dissèque son monde avec un regard drôle et acerbe dont la maturité étonne, amuse, choque. De fous rires en conflit, elle explore l'impitoyable monde de l'enfance, celui des irrépressibles balbutiements sexuels, des mesquineries blessantes et des premiers clivages politiques. Un monde qui mène, parfois trop vite, vers celui des adultes...



    Du vent dans mes mollets / Raphaële Moussafir




    Un livre frais et drôle qu'on lit avec le sourire aux lèvres. (Non, en fait j'avoue, j'ai souvent rigolé en lisant ce bouquin, et vous avez pas l'air tarte dans le bus, à vous bidonner toute seule)

    Depuis la rentrée, Rachel dort toute habillée et avec son sac d'école ; ses parents l'envoient donc chez une pédo-psychiatre. Pendant ces séances, Rachel va lui déballer sa vie de petite fille ordinaire, à la fois maligne et naïve.
    Un récit joliment décousu, avec ses réflexions sur ses parents, ses petits camarades, sur la vie en général, tout cela porté par une verve rafraîchissante.

    Ca nous replonge directement en enfance, et on referme ce livre avec un petit pincement au coeur - l'enfant qui est toujours en nous et qui se manifeste pour nous rappeler toutes nos bêtises et toutes nos interrogations d'alors.

    En cadeau, voici un petit passage entre Rachel et sa psy :

    "[...] j'ai confessé à Madame Trebla qu'en ce moment, avec Hortense, on martyrisait une madame Courtecuisses tous les mercredis, qu'on avait choisi son numéro dans l'annuaire et que, régulièrement, on lui téléphonait pour savoir ce qu'il y avait entre ses deux courtes cuisses justement [...]
    Pour la première fois je me suis retrouvée dans le bureau de Trebla à rigoler toute seule et à parler comme si elle était pas là. Et tout d'un coup, je me suis arrêtée de rire parce que je me suis souvenue qu'elle était là et surtout je me suis souvenue que j'avais pas l'impression qu'elle ait rigolé une seule fois. Je pense que dans ces moments-là madame Trebla réfléchit et qu'elle se demande si elle a fait Bac + 100 pour entendre une petite fille lui raconter des blagues téléphoniques débiles ou pour écouter des gens très intéressants lui parler de la mort, de la faim, et du suicide."



    Franchement, ça ne vous semble pas géant ?

    Du vent dans mes mollets
    Raphaële Moussafir
    Editions Intervista
    Collection Les Mues
    13, 50 €

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires