• Approchez, chers lecteurs, et laissez-moi vous conter une légende peu connue... En ces soirs d'été, un peu de mystère et de magie seront les bienvenus, n'est-ce pas ? Ce soir donc, écoutez, et apprenez ce que furent les Sin Eater, ou Mangeurs de Pêchés...

    De tout temps, les hommes ont craint pour leur âme. Aux yeux des officiants religieux, jamais elle n'était assez pure pour approcher le Paradis. Les croyants usèrent donc de subterfuges divers et variés afin d'assurer leur place au Ciel.

    En Angleterre et au Pays de Galle, on procédait ainsi à un curieux rituel ; quand une personne mourrait, on invitait un étranger – généralement un pauvre ou un vagabond - à venir «porter» les pêchés du défunt à sa place.

    [Légende] Le Sin-Eater

    Afin que le rituel opère, il fallait placer sur le cercueil ou sur la poitrine du macchabée du pain, du fromage, du sel et de la bière. En consommant le repas, le Sin-Eater mangeait en même temps les pêchés du disparu, dont l'âme avait alors toutes ses chances de monter au Paradis. Le Mangeur de Pêché était alors payé six pence et se devait de disparaître au plus vite afin d'emporter les pêchés au loin, tel le Bouc Émissaire de la tradition juive.

    Cette tradition a aujourd'hui disparu. On en retiendra ce côté cynique : on pouvait faire n'importe quoi dans la vie, puisqu'à la mort on faisait porter le chapeau à quelqu'un d'autre...


    1 commentaire
  • 1914, l'Archiduc d'Autriche est assassiné à Saravejo. L'Europe s'embrase, et la guerre éclate...

     

    Leviathan / Scott Westerfeld




    Roman historique ? Pas tout à fait... Si le début du récit suit les grandes lignes de l'Histoire, c'est pour mieux s'en écarter par la suite.
    Car dans l'histoire de Westerfeld, l'Archiduc laisse derrière lui un fils, Alek, qui menacé de mort, prend la fuite pour la Suisse, pays neutre. Là-bas, il y rencontre des rescapés de l'Air Navy pris en chasse par les Allemands, et surtout, il fait la connaisance de Dylan - en réalité une jeune fille qui s'est grimée en garçon pour faire parti de l'armée anglaise. Tous ensemble, ils vont s'allier et tenter d'oublier leurs griefs...


    Leviathan / Scott Westerfeld



    Scott Westerfeld est bien connu des adolescents et jeunes adultes pour ses séries de science fiction : Uglies et Midnighters. Il a une écriture claire, des personnages auxquels on s'attache... Sa réputation n'est plus à faire.

    Avec Leviathan, il réalise un nouveau tour de force. En plus d'être une uchronie, cette nouvelle trilogie est fortement mâtinée de steampunk, ce qui ajoute une dimension inédite et passionnante au récit. L'Europe est partagée entre les darwinistes (Français, Anglais) passés maîtres dans la manipulation génétique - le Léviathan est un immense aéronef, hybride d'une baleine bien vivante - et les clankers (Allemands, Autrichiens), qui ne jurent que par la mécanique.

    C'est foisonnant d'idées, d'inventions, et cerise sur le gâteau, superbement illustré par Keith Thompson - et heureusement, parce que mon petit cerveau n'arrivait pas du tout à imaginer un mécanopode ou un trigresque lupin.

    C'est à paraître en septembre 2010, alors surveillez bien les étalages de vos librairies favorites !




    Leviathan
    Scott Westerfeld
    Pocket Jeunesse

    votre commentaire
  • C'est un fait, je ne cuisine pas souvent - voire pas du tout. Mais aujourd'hui, je ne sais pas, une envie folle m'a prise de me mettre aux fourneaux. Voici donc une recette toute simple de gâteau au chocolat qui ravira petits et grands, et que j'ai déniché sur le site de Marmiton. Simple et rapide, et le résultat est délicieux !

    - 200 g de chocolat noir
    - 4 oeufs
    - 125 g de beurre
    - 150 g  de sucre en poudre
    - 100 g de farine
    - 1 sachet de levure
    - sucre glace

    ______________________________

    * Préchauffez le four à 180°C (thermostat 6)
    * Faites fondre le chocolat, puis ajoutez-y le beurre
    * Dans un saladier, mélangez les oeufs, le sucre, la levure et la farine
    * Versez-y le chocolat fondu et mélangez jusqu'à obtention d'une pâte homogène
    * Versez la préparation dans un moule beurré, et laissez cuire de 25 à 35 minutes. A mi-cuisson, recouvrez d'une feuille d'aluminium.
    * Pour vérifier la cuisson, plongez un couteau dans le gâteau. Il doit en ressortir quasiment propre.
    * Démoulez le gâteau, et saupoudrez de sucre glace.


    Et voilà le résultat :


    gateau au chocolat


    Vu que je ne suis pas une grande cuisinière, il n'est pas très joli, mais franchement il est super bon (en plus on l'a attaqué alors qu'il était encore tout chaud, du coup il y avait encore des morceaux de chocolat fondu dedans, une vraie tuerie).

    Cette recette possède en outre un atout majeur à mes yeux : il n'y a pas de blancs à monter en neige. Non, parce que les blancs en neige, c'est bien, ça donne un côté aérien à tout gâteau, mais quand comme moi on n'a pas de batteur, tout de suite on se sent moins chaud pour y aller à l'huile de coude - et du coup, on s'en fout un peu du côté aérien du gâteau en question.

    Et si moi j'ai réussi, c'est que personne ne peut le rater !

    A vos fourneaux !

    1 commentaire
  • Deux hommes kidnappent une jeune fille afin de l'échanger contre une rançon. Dans l'appartement décrépi où ils atterrissent, les tensions s'exacerbent ; quelle est la vraie nature de leurs relations ?


    la disparition d'alice creed


    Voici le premier long métrage de J Blakeson qui nous prouve que ce n'est pas un gros budget qui fait un bon film.
    Huis-clos oppressant (l'action ne se passe quasiment que dans l'appartement), seulement trois acteurs quasiment inconnus... Et cela nous donne un récit diabolique et bien ficelé.
    Au fil de l'histoire, l'intrigue qui paraissait simple au départ se complique, cependant que les relations entre les trois protagonistes se dévoilent peu à peu... Pas mal de rebondissements rythment ce film qui ne connaît aucun temps mort.

    Un thriller oppressant, où où les apparences sont souvent trompeuses...


     

     


    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires