• Le Hollandais volant

    Braves gens, installez-vous confortablement, prenez une bière et ouvrez grands vos yeux ; ce soir, c'est une légende que je vais vous conter. Et pas n'importe laquelle, oh non ! Les légendes de la mer sont parmis les plus fascinantes, car les océans sont immenses, et malgré les progrés technologiques, restent peuplés de mystères.

    Le Hollandais Volant est un vaisseau fantôme qui erre depuis des siècles sur les océans du globe, voiles rouges déployées par son équipage de morts...
    Plusieurs légendes rapportent l'origine de l'errance du funeste navire. Trois légendes, trois capitaines différents pour un même résultat ; quelle est la plus probable ? A vous d'en juger... Un seul point commun : elles s'accordent toutes sur le fait que ces évènements se seraient déroulés au XVIIème siècle.

    vaisseau fantome



    La première légende met en scène le capitaine Van der Decken. Au large du Cap de Bonne Espérance, il subit la plus forte tempête qu'il ait vue de toute sa vie de capitaine. Malgré la peur de son équipage, trop confiant dans ses talents de navigateur, il défia Dieu de le faire sombrer ; en punition, celui-ci le condamna à errer éternellement sur les mers avec son vaisseau, sans jamais connaître le repos. Cette légende inspira le poète Heinrich Heine, puis Wagner pour son opéra : seul l'amour d'une femme acceptant de de mourir pour le repos de son âme peut mettre fin à sa malédiction.
    La deuxième légende nous parle du capitaine Barent Fokke, vivant à Amsterdam, fort réputé pour ses colères et ses orgies, mais surtout pour la rapidité de son navire, capable de rallier Amterdam à Batavia en trois mois seulement. Seul un pacte passé avec le diable pouvait expliquer un tel miracle... Lorsqu'il disparu en mer, l'imagination collective s'emballa : le mécréant était condamné à parcourir inlassablement les océans.
    Enfin, la troisième légende condamne au même sort le capitaine Van der Staten pour avoir appareillé un Vendredi Saint.

    Le vaisseau fantôme fut aperçu à de nombreuses reprises par des marins du monde entier, et même par le roi d'Angleterre George V, au larges des côtes australiennes, en 1881. Mystérieux navire qui file a grande vitesse alors que ne souffle nulle brise, ou qui vogue toutes voiles dehors au milieu de vents violents, et qui tout à coup disparaît... Il fut aperçu pour la dernière fois en 1942 aux abords du Cap. Il n'est pas réapparu depuis, mais la légende continue de hanter l'inconscient collectif...

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Décembre 2009 à 21:49
    C'est une des légendes les plus célèbres d monde marin, effectivement.
    J'aime bien ces légendes qui nourrissent l'imaginaire et l'imagination.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :