• Voici un nouveau petit assortiment des liens plus ou moins loufoques que j'ai noté au fil de mes pérégrinations. J'espère que cela vous fera autant rire que moi !

    - Pour tous ceux qui, comme moi, ont du mal à faire un créneau correctement, ce petit site devrait vous aider - quoique...

    - Voici un magicien sur lequel personne ne voudrait tomber !

    - Un petit dessin animé sympa de Bruno Bozzetto qui montre avec humour les différences entre les hommes et les femmes.

    - En retard au boulot ? Un rendez-vous oublié ? L'excusotron est fait pour vous ! Plus besoin de chercher une excuse pourrave, ce site le fait pour vous ^^

    - Les couvertures de Martine détournées... C'est à hurler de rire, et ça se passe ici.

    - Un petit coup de cafard ? Le flagorneur automatique vous remontera le moral !

    - Et enfin, le meilleur pour la fin : la Désencyclopédie. C'est tout pareil que Wikipédia ,sauf que les informations sont tout sauf sérieuses. Comme le précise le site : Le contenu de ce site, le site lui-même, et les administrateurs du site, sont une immense parodie sans queue ni tête à la sexualité douteuse et à l'hygiène approximative. Si vous prenez au sérieux un traître mot de ce qui est écrit, vous êtes encore plus con que vous en avez l'air. Si avec ça vous n'êtes pas prévenu... Crise de fou-rire assurée !


    J'espère que tous ces petits liens sans queue ni tête vous auront autant plu qu'à moi ^^

    votre commentaire
  • Après avoir tué le roi dément Aerys II Targaryen, Robert Baratheon est devenu le nouveau souverain du royaume des Sept Couronnes. Tandis qu'en son domaine de Winterfell, son ami le Duc Eddard Stark rend paisiblement la justice. Mais un jour, le roi Robert lui rend visite, porteur de sombres nouvelles : le trône est en péril. Stark, qui s'est toujours tenu éloigné des affaires du pouvoir, doit alors abandonner les terres du Nord pour rejoindre la cour et ses intrigues. L'heure est grave, d'autant qu'au-delà du Mur qui protège le royaume depuis des siècles, d'étranges créatures rôdent.


    J'entendais tout le monde ne dire que du bien de cette série, et depuis ma déconvenue avec l'Assassin Royal de Robin Hobb (je n'ai jamais fini cette série, tout m'a révulsé dedans, le style, l'histoire, les personnages...) j'ai plutôt tendance à me méfier de ce genre d'engouement. Mais là... Je ne sais pas... La façon dont on m'en parlait, peut-être, l'intrigue qui avait l'air pas mal... Le fait que je n'avais plus rien à lire sous la main...
    Au final j'ai donc craqué, et...

    Et bien c'est tout simplement prenant. Les intrigues sont nombreuses et très alambiquées - mais toujours crédibles - et les personnages tellement nombreux qu'au début on s'y perd. Chaque chapitre est centré sur un des personnages principaux (une dizaine au début, tout de même !), ce qui apporte des éclairages inédits sur certaines parties de l'histoire.
    Pas de manichéisme dans ce récit ; chacun a ses défauts et ses qualités - du coup, un personnage qui nous paraissait sympathique peut d'un coup nous hérisser le poil, et inversement - et on comprend aisément leurs motivations.

    On s'attache aux personnages, et là est tout le talent de l'auteur, car ils morflent tous à un moment ou un autre. Assassinat, folie, violence, humiliation... Rien ne leur est épargné, et il n'est pas rare qu'un personnage fort sympathique meure en court de route... On peut également noter que malgré une atmosphère assez violente, les femmes, omniprésentes dans l'histoire, sont des forces avec qui compter - des femmes qui peuvent se révéler autant voire plus féroces que les hommes qu'elles côtoient.

    Au final, une superbe série de fantasy qui mêle avec habileté politique et batailles, et derrière laquelle tout autre roman de fantasy paraît bien fade !

    votre commentaire
  • "J'ai appris quelque chose de crucial : l'amour, le vrai, ne se mérite pas, il se donne et se reçoit. Un peu comme un cadeau. Ça s'appelle Tomber Amoureux. Quand quelqu'un Tombe Amoureux de vous et qu'il vous fait ce cadeau, vous pouvez lui faire le même cadeau en échange. Mais c'est pas obligé."

    Être aimé. C'est tout ce à quoi aspire le héros de ce roman, orphelin de naissance. Lorsqu'il apprend qu'il a un Q.I. exceptionnel, il croit découvrir l'équation idéal : pour être aimé, il faut réussir. Alors, il réussit - internat, hautes études, fac de médecine. Grâce à
    "l'Etat, son parent qui l'aime", il finit major de sa promo. Mais un jour, il comprend que l'équation est fausse... Tout son système s'écroule, et lui avec. Il entre dans un café au hasard, et rejoint les siens. Les Désespérés.

    Aimez-moi, maintenant / Axl Cendres

     


    Un très beau roman sur la quête de l'amour et de la reconnaissance d'autrui. Avec un ton à la fois naïf et facétieux, le narrateur nous fait part de son histoire, de ses doutes et de ses reflexions. On se laisse séduire par ce jeune homme orphelin, paumé et mal préparé pour la vie, et l'on s'attache à la joyeuse bande de piliers de bar qu'il rencontre : Marc, qui se fait appeler Marco parce qu'ainsi les filles le pensent italien ; Sabrina qui ne peint que des gens qui dorment ; l'Ecrivain-de-mes-deux qui apprend au héros à jouer aux échecs... et tant d'autres encore, qui forment une galerie haute en couleurs que le narrateur examine avec un regard quasi clinique et dans laquelle il se noie avec délice, pour mieux oublier sa propre déveine.

    Le texte est émaillé deci-delà de petites infos en vrac. On apprend tout sur la douve du foie, l'origine des échecs, la finalité des espèces... Et franchement, c'est sympa, c'est tout frais, ça fait plaisir à lire !

    Un beau texte publié chez Sarbacane, dans la collection Exprim' qui s'adresse aux 15-25 ans. Ce serait franchement dommage de passer à côté.

     

    Aimez-moi, maintenant
    Axl Cendres
    Editions Sarbacane
    Collection Exprim'
    9€

    votre commentaire
  • Aujourd'hui, j'ai testé pour vous *roulements de tambours*... Les caisses automatiques !


    Qu'est-ce que c'est ?

    Vous avez déjà dû en voir, peut-être même êtes vous un inconditionnel de ce système... Les caisses automatiques sont des caisses... sans caissières. Les clients passent, scannent leurs articles tous seuls comme des grands, payent en espèces ou en carte bleue et s'en vont. Pour quatre caisses automatiques, il y a généralement une femme qui gère et surveille - et donne un coup de main au besoin.

    Quelques images de ces fameuses caisses pour ceux qui seraient passé complètement à côté :

    caisse automatique   caisses automatiques

     

    Mise en situation

    En ce beau soir de juillet, j'attendais tranquillement mon tour dans une longue file de mon supermarché habituel lorsque une employée du magasin m'aborda :
    "Vous n'avez que ces quelques articles ? (trois hamburgers, du saucisson, de la bière et du jus de fruit - je mange super équilibré, comme vous pouvez le constater)
    - Ben... oui...
    - Alors venez avec moi, il y a les caisses automatiques !"
    Et de partir d'un pas guilleret vers les machines où quelques clients s'escrimaient déjà. J'étais nettement moins enthousiasme, mais pourquoi pas ? Mon compagnon me serine tout le temps qu'il faut se faire à la modernité, alors autant essayer...


    Comment ça marche ?

    Je commence à scanner mon premier article et m'apprête à le glisser dans mon sachet, lorsque l'employée se racle gentiment la gorge :
    "Vous rangerez vos courses après, il faut déjà mettre vos articles scannés sur la balance à côté"

    Soit. Je fais tout bien comme on me dit, suivant attentivement les instructions quand, patatra ! La caisse automatique me dit (oui, parce qu'en plus elle parle) : "Le poids de cet article ne correspond pas à ce que vous avez scanné"
    Gniéh ? J'ai posé l'article un peu trop fort sur le plateau ? Il manque quelques grammes à mon hamburger ?... Un message d'erreur s'inscrit sur l'écran, et je suis obligée d'attendre piteusement que l'employée vienne me sortir de ce mauvais pas.

    Quelques autres "Le poid de cet article..." plus tard (j'en avais les mains toutes moites d'entendre cette phrase...), je paye, empaquette mes articles et sort, épuisée et heureuse d'avoir réussi cette épreuve, tandis que la caisse me lance "N'oubliez pas votre ticket de caisse, merci et à bientôt !" (je tiens d'ailleurs à remercier encore une fois l'employée qui a guidé avec patience et gentillesse la novice que je suis !)


    Conclusion

    Je n'ai pas aimé. Mais alors pas du tout. Au-delà de l'aspect ludique de la chose et du gain de temps qu'on gagne (quoique... ceci est sujet à discussion), on y perd quelque  chose d'essentiel : le contact humain. Oui, ces poignées de secondes où on dit bonjour, merci, au revoir. C'est peu, mais je préfère ça à une machine sans âme qui me parle avec une voix de robot  - pis de toute façon je passe mon temps à rigoler avec les caissières, alors ça me manquerait trop.

    De plus, il faut savoir que pour quatre caisses automatiques de créées, ce sont trois emplois qui sautent. Merci l'idéologie capitalisme - et là je passe pour une vraie anar ^^'

    Je boycotterai donc ce système, et resterai fidèle à la bonne vieille méthode humaine, nettement plus sympathique à mes yeux !

    2 commentaires


  • planète terre

    Un site internet qui calcule en temps réel les données sur la population mondiale, l'économie, l'énergie, la santé... Ces chiffres donnent vite le tournis, car derrière ces données froides et brutes se trouvent des êtres vivants, des hommes et des femmes qui vivent et meurent toutes les secondes...

    On se sent tout petit !

    Worldometers

    votre commentaire