• Paris, 1889. Un incident tragique secoue la capitale. Après avoir tué deux hommes, un Indien s'enfuit avec son amante blessée dans les bras jusqu'en haut de la Tour Eiffel, la police sur ses talons. Mortellement touché par l'un d'entre eux, il chute dans le vide, entraînant  la jeune femme avec lui... La police conclue à un drame passionnel et clôt le dossier. Mais que s'est-il réellement passé ce jour-là ?


    L'Indien de la Tour Eiffel / Fred Bernard & François Roca


    L'Indien de la Tour Eiffel fait parti de ces histoires d'amour tragique qui font palpiter les cœurs les plus endurcis. L'Indien Billy Powona partage depuis deux ans sa vie entre la Tour Eiffel où il est ouvrier et Alice La Garenne, sa douce et fragile amante, qui chante tous les soirs au cabaret de la Bête à Bon Dieu.
    Leur bonheur serait total sans la menace d'un ex-amant de la petite chanteuse, un homme qui traîne une odeur de mort autour de lui... Alors c'est décidé, ils vont partir, s'éloigner pour un temps de la capitale. Mais le drame se noue, et ce bonheur éclatant se brise douloureusement.


    L'Indien de la Tour Eiffel / Fred Bernard & François Roca

    C'est une histoire dont on connaît déjà la fin, mais de manière totalement irrationnelle, on espère quand même jusqu'au bout que cette la fuite désespérée des amants soit couronnée de succès... En vain. Le texte poignant, les illustrations splendides, tout concourt à faire de cet album un indispensable à avoir dans sa bibliothèque.


    L'Indien de la Tour Eiffel
    Fred Bernard & François Roca
    Seuil Jeunesse
    18.30€


    1 commentaire
  • Vous ne pouvez pas la voir mais cette guerre est partout autour de vous.

    En vous. Au plus profond de votre chair.

    Et elle n'a que deux issues possibles : la victoire ou la folie.
     

     

    BZRK / Michael grant





    Michael Grant est l'auteur de l'excellente série pour adolescent Gone. Il se lance dans une nouvelle saga de science fiction - que j'attendais avec impatience. Alors, après lecture, ça donne quoi ?

    Soyons clairs : BZRK est destiné à un public plus âgé que celui de Gone. Dès le deuxième chapitre, on assiste à un attentat - un jet qui s'écrase sur un stade de foot - avec tous les détails sordides à la clef : bouts de cervelle projetés dans un verre de soda, corps qui flambent... le ton est donné.

    Dans un futur proche, deux grands groupes se font la guerre à l'échelle mondiale et... microscopique. La Amstrong Compagnie prône un control total de l'humain : des êtres idéaux, sains de corps et sans libres arbitre. En face, BZRK milite pour des humains imparfaits, mais libres de faire leurs choix et leurs erreurs.

    Le terrain de leurs affrontements ? Le cerveau des puissants de ce monde, où les combats se font à l'échelle de l'infiniment petit.

    Leurs armes ? Pour la Amstrong, des nanorobots surpuissants, fruits des techniques scientifiques les plus pointues. Pour BZRK des biobots, en symbiose totale avec leurs propriétaires, crées à partir de leurs cellules.

    Les protagonistes ? De jeunes adultes, prêts à tout pour atteindre leur but... Jusqu'au meurtre ou à la démence.

    Les nanotechnologies, thème central de l'histoire, sont extrèment bien expliquées : les nanorobots sont quasiment indestructibles, et on peut les envoyer par armées entières, mais se contrôlent uniquement via des ordinateurs. Les biobots, de leur côté, sont liés à leur propriétaire - qui voient ce que perçoit la minuscule bestiole. Mais si le biobot meurt, son possesseur est irrémédiablement plongé dans la folie.

    Malgrès un thème très scientifique, ce premier tome se lit d'une traite grâce à une écriture fluide et à des rebondissements omniprésents. Entre combats des rues et affrontements au plus profond de nos cellules, Michael Grant tisse une intrigue qui nous tient en haleine jusqu'au bout de l'histoire.


    BZRK
    Michael Grant
    Gallimard Jeunesse
    18,90 €


    votre commentaire
  • Ignace Bronchon est sans doute le plus grincheux des auteurs de séries pour enfants. Lui qui n'a pas écrit une ligne depuis vingt ans espère terminer le treizième volume de sa série dans la vieille demeure victorienne du 43, rue du Vieux Cimetière qu'il a louée pour l'été.

    Mais il découvre horrifié qu'il doit co-habiter avec Les ter, le fils des propriétaires, et - bien qu'il ait quelques difficultés à l'admettre - avec Adèle Vranstock, l'ancienne propriétaire.

    ou plus exactement, avec le fantôme d'Adèle...


    43 rue du Vieux Cimetière / Kate & Sara Klise




    Voici un délicieux roman destiné aux 8-9 ans, au ton espiègle et tendre. Les personnages m'ont beaucoup fait rire - les bisbilles entre l'écrivain irascible et le gamin impertinent sont irrésistibles. Sans oublier Adèle, fantôme de son état, et qui cache sous une allure digne un cœur gros comme ça.
    Un léger voile de tristesse recouvre le tout quand on en apprend plus sur leurs histoires respectives - Pourquoi Ignace n'écrit-il plus depuis vingt ans ? Où sont les parents de Lester ? - mais le gros happy end de la fin nous redonne rapidement le sourire.

    L'originalité de ce roman tient à sa forme épistolaire. On suit l'histoire à travers les lettres que s'envoient les personnages, les coupures de journaux... Cela donne une impression de joyeux fouillis, renforcée par les différentes typographies utilisées et les illustrations un peu brouillonnes.
    Et en bonus, un mini dossier nous explique à la fin de manière ludique l'architecture victorienne ! Du coup j'ai appris pleins de petits détails sur ce style...

    Ça me donnerait presque envie d'investir dans une vieille bicoque, pour entendre le piano jouer tout seul le soir...

    43, rue du Vieux Cimetière
    1/ Trépassez votre chemin
    Kate & Sara Klise
    Editions Albin Michel Jeunesse
    Collection Witty
    8,50 €


    votre commentaire
  • Il y a des gens qui rédigent des listes. Tout le temps. Manie compulsive qui permet de mieux classer sa vie, sans doute (je devrais peut-être m'y mettre, d'ailleurs, je serais sûrement moins bordélique). Des listes de courses aux listes des meilleurs endroits pour partir en vacances, on peut facilement se laisser envahir par tous ces bouts de papiers volants.
    Et puis des geeks en herbe ont eu la fabuleuse idée de creuser le filon : c'est de là qu'est né Topito.

    Mais laissons la parole aux créateurs :

    Topito c’est le site de tous les tops, listes et classements, né d’une idée simple: trop d’infos tue l’info. Alors pour mieux vivre au quotidien et mourir un peu moins bête, on s’est dit que les listes étaient une bonne manière de garder quelque chose de l’actualité. De garder quelque chose tout court. Et aussi une manière différente de s’exprimer. Alors sur Topito on apprend des choses (des fois). Et d’autres fois pas du tout, mais on y trouve surtout des informations drôles, insolites, et utiles.
    Voilà c’est ça, Topito, c’est un site web qui vous rend la vue, vous guide, tel un phare dans la nuit au large des côtes bretonnes alors que vous vous les gelez dans un ciré jaune et des bottes humides en vous demandant bien ce que vous faites ici.

    topito

    Et voilà comment je me retrouve à passer des longs moments totalement improductifs à me fendre la poire sur certaines listes.

    Vous en voulez un échantillon ?

    Vous pourrez y trouver le Top 50 des erreurs de retouches photoshop dans les pubs ou magazines, ou le Top 55 des packaging insolites, design et carrément géniaux.
    Des objets détournés ? Voici le Top 10 des œuvres d'art façon Barbie, et le Top 25 des Mon Petit Poney méchamment relookés.
    Envie de rêver ? Allez jeter un oeil au Top 33 des plus belles piscines du monde et au Top 10 des merveilles de la nature à découvrir avant qu'il ne soit trop tard.
    Pour en prendre plein les mirettes, dirigez-vous vers le Top 10 des plus belles photos trompe-l’œil sur corps de Choo-San, et le Top 30 des statues les plus insolites du monde entier.

    Ne venez pas vous plaindre si vous passez désormais des heures sur ce site...


    1 commentaire
  • Voilà déjà plus de trois ans que ce blog est ouvert, à vous faire partager mes coups de coeur et mes découvertes.

    Trois ans...

    Et c'est comme dans un couple, ça, il ne faut pas que la monotonie s'installe, parce qu'on est bien ensemble, certes, mais mais parfois il faut créer la surprise.

    Allez, hop hop hop, un petit relookage s'impose - et ça pardonnera le manque d'articles dûs aux vacances et à la découverte du Mmorpg TERA - qui est bien chronophage, comme tout bon jeu en ligne.
    Et puis ce sera moins violent que la pécédente présentation, un poil plus doux, peut-être trop sérieux ? Mmh, faudra voir sur la durée.

    Enjoy !


    votre commentaire