• Le matin de son mariage, Pell Ridley sort de son lit, embrasse ses soeurs et s'enfuit à grand galop dans la campagne endormie. Adieu la vie d'ennui et de labeur que le destin lui a tracé. Devant elle, le paysage est splendide. Chaque visage est une promesse. Chaque rencontre est un danger.
    Mais Pell est déjà une héroïne : elle n'a peur de rien et attend tout de la vie...



    La balade de Pell Ridley / Meg Rosoff



    Autant lâcher le morceau tout de suite : habituellement, Meg Rosoff me laisse au mieux indifférente - il me semble avoir lu Maintenant c'est ma vie, mais sans parvenir à m'en rappeler - au pire je caresse l'idée de me servir de ses livres comme cale-meuble - par exemple... Au commencement il y avait Bob, que je n'ai même pas fini tant ce roman me semblait inepte et lourdingue.

    Autant dire que c'était mal parti.

    Mais je suis une libraire sérieuse - hem... - et je me force aussi à lire des romans qui ne sont pas forcément mon style. Parfois cela confirme mon dégoût, et parfois je fais de belles rencontres, comme avec ce roman. Alors : pardon Meg Rosoff pour tout ce que j'ai pu dire de mal sur vos bouquins, et merci pour cette perle d'écriture.

    _______________________________________________________________


    Pell aime les chevaux et la liberté. Elle aime nettement moins l'idée de se marier avec son ami d'enfance et rester prisonnière de son rôle d'épouse usée par les accouchements et la misère. Elle rêve d'autre chose, un endroit où elle serait à sa place. Alors elle s'en va, talonné par son cheval Jack et par Bean, son petit frère muet.
    Mais dans l'Angleterre du XIXème siècle, il est dangereux pour une femme de voyager seule sur les routes. Ses demandes d'emploi n'attirent que la suspicion et la méfiance de la part des braves citoyens bien établis. Que veut cette jeune fille crottée et flanquée d'un gamin qui ne parle pas ? Mais Pell s'entête, jusqu'au moment ou Jack et Bean disparaissent. Alors l'errance de la jeune fille se transforme en quête désespérée pour les retrouver tous les deux, coûte que coûte...

    Au court de son périple, la jeune fille croise des personnes plus ou moins bien attentionnées, et à travers ces gens, c'est toute l'Angleterre campagnarde et pauvre qui se dévoile sous nos yeux. Jusqu'à sa rencontre avec un braconneur taiseux. Une relation sensuelle et troublante en découle, mais rien ne peut détourner la jeune fille de son but, pas même l'amour. Toutes ces épreuves l'endurcissent, et lui en révèlent beaucoup sur elle-même et sur le monde qui l'entoure.

    Ce roman est court - moins de 250 pages - mais âpre. Meg Rosoff n'épargne pas ses personnages qui vivent dans la misère la plus crue - les moments que Bean passe à l'hospice sont horribles et laissent une sale impression au fond de la gorge.

    On garde longtemps en tête cette jeune fille courageuse qui plaque tout pour vivre sa vie librement, à une époque où la condition des femmes n'était même pas évoquée.


    La balade de Pell Ridley
    Meg Rosoff
    Editions Albin Michel Jeunesse
    Collection Wiz
    12.50 €


    votre commentaire
  • Depuis que sa mère est malade, Conor redoute la nuit et ses cauchemars. Quelques minutes après minuit, un monstre apparaît, qui apporte avec lui l'obscurité, le vent et les cris. C'est quelque chose de très ancien, et de sauvage. Le monstre vient chercher la vérité.


    Quelques minutes après minuit / Patrick Ness




    "Les histoires sont les choses les plus sauvages de toutes. Les histoires chassent et griffent et mordent."

    Le monstre qui vient visiter Conor la nuit, c'est l'if à proximité de chez lui, qui s'anime quand vient l'obscurité. Aussi vieux que le monde, immense, terrifiant. Et porteur d'une requête particulière.

    "- Voici ce qui va se passer, Connor O'Malley. Je vais revenir te voir d'autres nuits [...] Et je te raconterai trois histoires. Trois histoires du temps où je suis venu. [...] Et quand j'aurai terminé mes trois histoires, tu m'en raconteras une quatrième. Et ce sera la vérité. [...]
    - Bon, d'accord. Mais tu as dit que je serais terrifié avant que tout cela finisse, et tout ça n'a rien de particulièrement terrifiant.
    - Tu sais que ce n'est pas vrai. Tu sais que ta vérité, celle que tu caches, Conor O'Malley, est la chose que tu crains le plus"

    C'est une vérité, un cauchemar, un sentiment que Conor a enfoui au plus profond de lui et qu'il ne veut pas dévoiler, pas même à ses propres yeux - car comment se regarder en face, après ?
    Suite à une fuite, toute son école est au courant que sa mère est atteinte d'un cancer ; ses petits camarades n'osent plus l'approcher, les professeurs ne le punissent plus, car il a tellement de choses tristes à supporter... Il est presque soulagé que trois camarades le rudoient quotidiennement, car ainsi - de façon assez perverse - il existe pour quelqu'un...

    Et Conor est furieux, furieux contre sa mère qui ne guérit pas, furieux contre sa grand-mère qui n'a pas le mode d'emploi pour dialoguer avec des enfants de son âge. Furieux contre son père qui est parti fonder une nouvelle famille aux États-Unis...
    Sa rencontre avec le monstre va lui permettre d'extérioriser cette colère - de manière assez impressionnante. Est-ce le monstre qui le pousse à se comporter de manière violente, ou est-ce lui qui laisse enfin sortir toute cette fureur qui macère en lui depuis trop longtemps ? Le partage entre le rêve/cauchemar et la réalité est dur à distinguer...



    Quelques minutes après minuit / Patrick Ness





    Je salue la force du texte, ces émotions si violentes qu'on ressent intensément à travers tous les personnages - Conor, sa mère mais aussi tout leur entourage.  Cet amour intense et déchirant qui les lie, jusqu'à faire mal. Cette horrible attente de la délivrance, et cette question douloureuse qui reste en suspend et qu'on n'ose s'avouer : quand tout cela finira-t-il ? C'est réellement un roman initiatique qu'on tient entre nos main. Le monstre, dans toute son ambivalence, sert de guide et de catharsis à Conor. Ce récit m'a fait pensé au Livre des choses perdues de Connolly et à Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi de Malzieu - cette tristesse, ce parcours initiatique d'où l'on ressort plus fort même si le dénouement n'est pas forcément heureux.

    Les illustrations de Jim Kay sont splendides d'horreur, et complètent le texte comme jamais je n'ai pu voir dans un roman. A grands traits sombres et énergiques, elles apportent une force terrifiante au récit et donnent corps aux cauchemars de Conor.



    Quelques minutes après minuit / Patrick Ness





    C'est initialement Sioban Dowd qui a jeté les bases de ce roman, mais elle a été emportée par le cancer avant d'avoir pu l'achever. Patrick Ness, en reprenant le flambeau, rend un hommage poignant à l'écrivain disparue. Ce roman a été récompensé par de prestigieux prix en Angleterre en 2011, tous amplement mérités.

    J'ai eu la gorge nouée pendant toute la lecture de cette histoire si poignante... J'en suis ressortie triste - mais apaisée.







    Quelques minutes après minuit
    Patrick Ness
    Gallimard Jeunesse
    18 €





    votre commentaire
  • "C'est moi qui ai eu l'idée de la liste. Je n'ai jamais voulu que quelqu'un meure. Est-ce qu'un jour on me pardonnera ?"

    C'est ce que pense Valérie, effondrée après un drame inexplicable survenu au lycée. Son petit ami, Nick, a ouvert le feu dans la cafétéria, visant un à un tous les élèves de la liste. Cette fameuse liste qu'ils ont écrite pour s'amuser et où figurent ceux qui étaient odieux, lâches, méprisants dans l'établissement. Maintenant, ils sont blessés ou morts. Et Nick s'est suicidé, emportant son secret pour toujours. Mais Valérie elle, est toujours là, enfermée dans une bulle de questions sans réponses.
    Jusqu'au matin, où elle se lève et quitte sa chambre pour retourner au lycée...




    Hate list / Jennifer Brown



    Forcément, le résumé m'a attiré. Une histoire réaliste et pleine de sentiments violents sur l'adolescence, je n'allais pas passer à côté. Et j'aurais eu tort...

    Une liste. Juste une liste pour se défouler, mais qui a tout changé... Comment Valérie aurait-elle pu penser que Nick allait se servir de cette liste pour se venger de toutes les brimades reçues ? Y avait-il des indices ? Valérie culpabilise, car, si tout le monde déteste à présent le jeune homme, elle continue à l'aimer et à se souvenir de sa douceur...
    Et les questions tournoient, parfois sans réponses. Connaissait-elle vraiment son petit ami ? Aurait-elle pu empêcher ce massacre ?

    Depuis la fusillade, tout est plus difficile pour la jeune fille. Entre deuil et culpabilité, elle peine à se reconstruire, et l'attitude de sa famille ne l'aide pas vraiment. Même s'ils sont présents, ses parents la regardent maintenant différemment...

    Retrouver ses camarades de lycée sera bien plus difficile qu'elle ne le pensait. Avant ? Elle était sujette à quelques brimades, mais réussissait tout de même à passer relativement inaperçue. A présent, le lycée tout entier a les yeux braqué sur elle, et ses camarades réagissent de façon parfois violente - rejet total de ses amis, ou soutien de personnes inattendues...

    Le roman oscille entre le présent (le retour de Valérie au lycée) et le passé, avant la fusillade, quand Nick et elle coulaient des jours heureux tous les deux. Bonheur léger et ô combien éphémère au final...

    Sans sensiblerie ni pathos, ce roman pointe plusieurs thèmes. La violence au lycée, cette violence ordinaire où celui qui ne se fond pas dans la masse est forcément montré du doigt, parfois bousculé, parfois pire. Si on est solide, on sert les dents et on s'en sort. Mais à force de subir ces humiliations quotidiennes, il arrive que la pression explose...
    Et ces adolescents qui se moquaient de Nick sans y penser, ne sont-ils pas eux aussi responsables de cet acte extrême ? Qu'est-ce qui a été l'élément déclencheur ? Quand Nick a t-il commencé à considérer cette "liste de la haine" comme liste de cibles à éliminer ?
    A travers les yeux de Valérie, on voit également la réaction des gens touchés de près ou de loin par ce massacre. Colère, haine, rejet... Mais aussi pardon, oubli, tentative de compréhension... Valérie se rendra compte peu à peu qu'elle n'est pas la seule à culpabiliser, à se poser des questions, à se demander ce qu'elle aurait pu faire.

    C'est un roman coup de poing qui vous happe et vous retourne. Une histoire intense qui ne se laisse pas oublier de sitôt et nous fait réfléchir sur l'état de notre société actuelle. C'est fort, c'est violent, c'est beau. C'est le premier roman de l'auteur, et il est incroyablement maîtrisé. Il bouleversera plus d'un lecteur, comme il m'a bouleversé...


    Hate list
    Jennifer Brown
    Editions Albin Michel
    Collection Wiz
    15 €


    votre commentaire
  • Saba, jeune fille de 18 ans, vit au milieu de nulle part, dans un monde désertique et ravagé, avec sa famille : Lugh, son frère jumeau, né comme elle lors du solstice d’hiver, leur petite soeur Emmi et leur père, qui lit dans les étoiles. Un jour, au milieu d’une tempête de poussière, surgissent de terrifiants cavaliers noirs qui tuent le père de Saba et s’emparent de Lugh. La jeune fille décide de partir à sa recherche et laisse Emmi à la garde de sa tante. S’ensuit une quête éprouvante dans un environnement hostile. Saba doit affronter des ennemis redoutables, combattre et tuer. Heureusement, elle bénéficie de l’aide d’un beau et malicieux jeune homme, d’une bande d’amazones courageuses et surtout d’un corbeau apprivoisé et savant...


    Saba, ange de la mort / Young Moira




    Ce qui frappe en premier, c'est le style d'écriture malmené à dessein - pas de négation, pas de ponctuation pour les dialogues - qui m'a fait pensé au style du Chaos en marche de Ness. Un style difficile à assimiler au début - surtout au niveau des dialogues - mais auquel on se fait à la longue, tant on est happé par l'histoire.

    Saba est obnubilée par un seul objectif : retrouver Lugh coûte que coûte, ce frère qu'elle vénère et admire plus que tout. Armée de sa simple volonté, elle traverse un pays désertique et âpre, où bien souvent la compassion et l'entre-aide signifient la mort. Elle manque de mourir plusieurs fois, gagne son surnom d'Ange de la Mort dans les arènes de Hopecity, et même si parfois elle doute, elle continue d'avancer sans faillir.

    Les personnages sont tous marquants : Saba, farouche et sauvage, ne voulant compter sur personne ; Emmi, la petite sœur aussi énervante qu'attachante ; Jack, filou arrogant et charmeur, les Aigles Libres... Sans oublier Nero le corbeau, fidèle compagnon de la jeune fille.
    Dans ce monde où ne subsiste que des restes de l'ancienne technologie, la vie est dure, et les gens que rencontre la jeune fille lutent tous les jours pour leur survie, perdant de façon presque nécessaire toute compassion pour autrui.

    J'ai aimé cette quête, ce monde violent, la volonté et la dureté de Saba. J'ai aimé la relation entre les deux soeurs, pleine de rancoeur et pourtant si essentielle. J'ai aimé, et j'ai hâte de lire la suite.

    Saba, Ange de la Mort
    Moira Young
    Gallimard Jeunesse
    16 €


    votre commentaire
  • Depuis que Jennifer Strange, 15 ans, a été choisie pour tuer le dernier dragon, elle est la personnalité la plus célèbre de tout le pays.
    Armée de son épée Exhorbitus, elle décide d'aller d'abord discuter avec la créature mythique. Car les raisons de sa mission sont bien moins nobles qu'elle ne le pensait...


    Moi, Jennifer Strange, dernière tueuse de dragons / Jasper Fforde




    Je ne connaissais pas cet auteur qui écrit essentiellement pour les adultes, du coup j'ai ouvert ce livre sans idées préconçues... Et l'ai refermé plus tard avec de la magie plein la tête.

    On entre dans un monde où la magie est en déclin. Jennifer Strange est une Enfant Trouvée - donc Serf jusuq'à ses 20 ans, où elle deviendra enfin Citoyenne - et travaille pour Kazam, une société de magiciens à tout faire : livraisons de repas en tapis volant, travaux de plomberie, etc.
    Quand les magiciens du pays se mettent à prophétiser la mort du dernier des dragons, la frénésie s'empare de toute la population. En effet, les dragons vivent dans des... Dragonies, et les lois stipulent que lorqu'ils meurent, les premiers arrivés peuvent revendiquer autant de terrain qu'ils le souhaitent. Une aubaine !

    Au départ guère concernée, Jennifer va vite déchanter quand on l'affuble du titre de Tueuse de Dragon et la charge d'exécuter la prophétie... Chantages, menaces, pressions... Tout ceci est louche, et Jennifer est bien décidée à découvrir à qui la mort du dragon profite réellement...

    L'intrigue est menée tambours battants, sans temps mort, et avec des rebondissements toujours bien amenés, des révélations qui nous font dire "wwhhaa... c'est dingue !".
    L'humour est omniprésent, décalé et décapant, et l'auteur se fait un plaisir de nous présenté des personnages complètements délirants et des dialogues qui font toujours mouche. Mention spéciale au quarkon, l'animal de compagnie de Jennifer, bestiole si horrible que les gens pleurent en le voyant, et qui a une prédilection pour les boîtes pour chien - pâtée et boîte comprises.
    Les idées fusent dans tout les sens - prendre l'ascenseur dans la tour de Kazam ? Il suffit de se jeter dans un grand trou en criant le numéro de l'étage où l'on veut aller, et ne pas louper l'étage en question, sinon on rebondit san cesse - et le monde décrit est cohérent jusque dans les moindres détails - la politique, l'économie et toutes les lois y sont clairement expliqués.
    A travers ce roman, l'auteur aborde différents thèmes - la sauvegarde des espèces, la corruption, les médias... C'est diablement efficace, ça nous pousse à nous interroger sur notre propre monde.

    Un roman à ne pas louper !


    Moi, Jennifer Strange, dernière tueuse de Dragon
    Jasper Fforde
    Editions Fleuve Noir
    Collection Territoires
    15,90€


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique