• C'est l'année de ses 13 ans et Todd va devenir un homme. Il est le dernier garçon de Nouveau Monde, uniquement peuplé d'hommes, où chacun peut entendre la pensée des autres : c''est le Bruit, incessant, obsédant. Un jour, Todd découvre un lieu où le Bruit se tait...
    Une quête de liberté et d'amour, portée par une écriture qui vous happe.


                Le chaos en marche / Patrick Ness                   Le chaos en marche / Patrick Ness

    Une fuite en avant éperdue, une histoire de survie pure, dans un monde violent qui cache bien trop de secrets... Une écriture malmenée - l'histoire est racontée par Todd, qui n'a jamais été à l'école - et cela surprend au début, mais on s'y habitue vite.
    Des sentiments profonds, violents, que ce soit dans la haine ou dans l'amitié, dans la lâcheté ou dans l'héroïsme.
    Des héros unis envers et contre tous, et qui vont au bout de leurs espoirs, quitte à tomber, pour mieux se relever ensuite.
    Une histoire sans pitié, où les personnages sont malmenés. Par de grosses ficelles ou de deus ex machina. Le héros s'en prend plein la poire, et on espère que quelq'un, quelque chose vienne le sauver... Tant de douleur et de peur, et tant d'opiniatretré pourtant. On ne peut qu'admirer Todd, qui reste droit malgré toutes les embûches.

    Une série ébouriffante qui vous saute à la gorge pour vous relâcher encore sous le choc.

    J'attend le troisième tome avec impatience...


    Le chaos en marche
    La voix du couteau
    Le cercle et la flèche
    Patrick Ness
    Gallimard Jeunesse


    votre commentaire
  • «Moi j'aime bien l'idée du journal. Il paraît que personne ne lira ce que j'écris alors je peux tout dire, c'est pratique, j'aime bien tout dire quand personne ne peut l'entendre. Je sais pas ce que je peux raconter, si je dois dire mon âge et me présenter, par exemple écrire sur ta première page «Bonjour, je m'appelle Malo, je viens d'arriver chez Marlène...» ou si je dois parler de ce qu'on fait tous les jours, ou plutôt de mes pensées, de mes rêves ou de mes cauchemars. Je sais pas si je peux parler de Jul et de Solam. Je sais pas si je dois expliquer pourquoi je suis là, toute façon, je suis pas sûr et certain de savoir.»


    Tout près le bout du monde / Maud Lethielleux



    Trois ados écorchés par la vie atterrissent au Bout du Monde, une maison d'accueil un peu particulière tenue par Marlène, femme secrète qui tait ses propres démons.
    Malo, petit garçon de 11 ans qui a une maman pas comme les autres mais qui l'aime du mieux qu'elle peut ; Jul, ado tabassée par celui qu'elle aime ; Solam dont la mère est morte, et qui est tout en énergie brute et en révolte.
    Trois buts pour eux : se reconstruire, retaper une vieille grange et tenir, chacun de leur côté, un journal intime.

    La force du roman tient déjà par sa structure : récit-chorale, puisque nous suivons la lente reconstruction de ces jeunes uniquement par leur journal. Peu à peu leur histoire apparaît, et on devine le reste qui est passé sous silence. Trois récits, trois points de vue, trois styles différents. C'est original et ingénieux ; on rentre ainsi dans l'intimité des trois adolescents, avec leurs interrogations, leur ressenti.

    L'histoire est belle, et on s'attache vite à cette bandes de bras cassés qui se méfient les uns des autres au départ, pour finalement s'aider mutuellement à revenir peu à peu vers une vie "normale".

    Un beau roman, pour grands ado et pour adultes.


    Tout près le bout du monde
    Maud Lethielleux
    Editions Flammarion
    Collection Tribal
    10 €


    votre commentaire
  • Pour échapper aux vacances en famille, Maxime choisit d’aller chez sa grand-mère. Il avait tout prévu pour passer des jours tranquilles devant son ordi… sauf la crise cardiaque de sa grand-mère. Le voilà seul pendant son hospitalisation, et les vacances vont se transformer en feuilleton délirant !


    Comment (bien) rater ses vacances / Anne Percin




    Si un seul mot devait résumer ce livre, ce serait : hilarant. J'ai ri du début à la fin - et pourtant en cette période morose c'est dur de me faire rire.
    Maxime est un ado bourré d'humour qui aime les playlist qui donnent le peps, et faire des expériences culinaires hasardeuses. Il entretient une belle complicité avec sa grand-mère et décide d'y passer des vacances en mode glandouille devant l'ordi - mais quand la mamie fait une crise cardiaque, finies les vacances tranquilles, placent aux situations épineuses et plus cocasses les unes que les autres...

    Entre le policier qui le prend pour un vulgaire voleur, ses parents partis en randonnée en Corse et qui ne donnent aucune nouvelle, et une belle inconnue rencontrée sur le Net, Maxime n'a pas le temps de souffler un seul instant...

    Ce roman se lit d'une traite, les personnages sont tous plus attachants les uns que les autres, l'écriture est joyeuse et bourrée de traits d'esprits.

    Un livre à ne pas rater !


    Comment (bien) rater ses vacances
    Anne Percin
    Editions du Rouergue
    Collection DoAdo
    11,50€


    3 commentaires
  • Sean Hopper, c'est celui qui est chargé du sale boulot aux abattoirs : tuer les bêtes. Et il y prend du plaisir... Glacial, taciturne, il est redouté dans tout le comté de Springfield, où il habite avec sa femme Bonnie. Mais un soir, Bonnie s'en va. Marre de vivre avec une bête humaine. De rage, Sean prend sa vieille Thunderbird, de l'alcool plein le sang, AC/DC à fond la caisse, et fonce dans un platane. Il frôle la mort. A son réveil, il a changé. Il n'est plus - tout à fait - la brute qu'il était. Sauf que personne n'a l'air de s'en appercevoir... excepté le petit Bud, conteur de cette histoire, qui habite à côté de chez lui, avec son hérisson apprivoisé et sa Grand'ma indienne. Le petit Bud, qui n'osait espérer que sa vie puisse être ensoleillé par un homme comme Sean Hopper...


    La ballade de Sean Hopper / Martine Pouchain




    Voilà un beau roman qui nous conte le changement intérieur d'un homme, sans que personne ou presque ne s'en apperçoive. Personne à par Bud, petit bonhomme qui, bien souvent perché en haut de son arbre, nous raconte l'histoire de cet homme taciturne et brutal.

    La narration est naïve - point de vue de l'enfant oblige - et ajoute une fraîcheur à l'ensemble du récit qui pourrait sinon sembler bien sombre. Il nous présente également une galerie de personnages aux caractères bien différents les uns des autres : Bonnie la douce jeune femme, Dad le papa atteint d'Alzheimer et voleur de chocolat, Stan le dingue... Tout ce petit monde qui se connaît bien et qui peuple les univers de Bud et Sean, commentant et observant les évènements comme dans toute petite ville qui existe de par le monde.

    Le monde des abattoirs est décrit de façon très clinique ; la manière dont les bêtes sont tuées donne froid dans le dos et pousse à s'interroger sur l'absolue nécessité de manger de la viande - mais je dois être un monstre sans coeur, parce que ça ne m'a pas empêché de manger mon steack avec insouciance.

    Peu à peu, l'histoire de Sean se révèle, furtivement, et on en vient à comprendre cet homme, pourquoi il n'aime pas les enfants, pourquoi tuer des vaches lui fait tellement plaisir... J'ai éprouvé de la compassion pour cet homme, pour sa rage et son chagrin.

    Et Bud ? A travers les aventures de Sean, c'est aussi sa vie qu'il raconte. Une mère qui lui envoit une carte postale de loin en loin, une grand-mère qu'il couvre de lavande... Sa vie se déroule en filigrane du récit principal, faisant pressentir une réalité bien plus rude que ce que ses mots d'enfants laissent entrevoir.

    Seul bémol, la fin m'a paru bien trop vite expédiée... Mais ce petit déplaisir ne doit pas vous rebuter !


    La ballade de Sean Hopper
    Martine Pouchain
    Editions Sarbacane
    Collection Exprim'
    16,50€


    votre commentaire
  • "Les secondes s'égrènent et t'es toujours là, devant moi, immobile.
    Moi aussi je suis immobile, mais vivant. Je ne respire pas très bien. Mon souffle est haché, emprisonné. Je ne ressens rien.
    Je ne sais pas combien de minutes il va falloir que j'attende avant d'être sûr, vraiment sûr que t'es mort. J'ai presque envie de dire : crevé, mais j'ose pas. Mort, c'est mieux, c'est normal. Crevé, on dit ça d'un chien."

    Le père s'écroule d'un coup à ses pieds. Le fils s'écarte mais ne fait rien, il n'appelle pas les secours. Au lieu de cela, il s'adresse à ce père violent. Un monologue saisissant du huis clos familial.


    50 minutes avec toi / Cathy Ytak




    Ce roman fait parti de la collection D'Une seule voix d'Actes Sud, collection de courts romans comme lâchés d'un seul souffle, souvent intenses et percutants.

    Dans ce bref récit, le fils annonce à son père qu'il s'en va. L'homme tombe foudroyé. Crise cardiaque ou narcolepsie ? L'adolescent, en tout cas, n'appelle pas les secours. Pendant cibquante minutes, il va rester près de son père, sans bouger, à se remémorer le passé...

    Son père... Un mari aimant, un homme attentif et gentil devant les autres... Mais pour son fils, les mots qui blessent, les critiques qui frappent et marquent à jamais, le mépris. Mépris qui se change en violence physique quand il découvre que son fils vit un amour différent...

    Un roman qui se lit d'une seule traite, et qui vous laisse... sans voix.

    50 minutes avec toi
    Cathy Ytak
    Editions Actes Sud Junior
    Collection D'une seule voix
    7.80€


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique