• C'est l'hiver, il fait un froid à ne pas mettre un pingouin dehors, le nez coule, les yeux pleurent tout seuls et la gorge est irritée - au point d'avoir comme un incendie dans la trachée à chaque fois que l'on allume une cigarette.

    Et malgré toutes ces couches de vêtements qui me donnent l'impression d'être la petite sœur spirituelle du Bonhomme Michelin, j'ai attrapé un bon gros rhume, celui qui vous laisse patraque et toute faible.

    Ni une, ni deux, mon barbare m'a concocté un bon grog - mais, par un malheureux concours de circonstances, il nous manquait quelques la quasi-totalité des ingrédients nécessaires à ce breuvage. Et voilà comment je me suis retrouvée, un peu dubitative, à boire un thé-vodka sucré.

    Ça tape.

    Vu que je suis une personne fort gentille (j'entends des ricanements, au fond) j'ai cherché pour vous la recette du bon vieux grog qui tue tous les microbes, afin que vous ayez toujours les ingrédients sous la main pour ne pas avoir à faire quelques mélanges hasardeux.


    grog

    Ingrédients :

    - Rhum ambré
    - Miel
    - Citron
    - Eau


    Préparation :

    Dans une tasse d'eau bouillante, mélangez une cuillère à soupe de citron pressé, une cuillère à soupe de miel et deux cuillères à soupe de rhum. Selon l'envie, on peut rajouter un peu de cannelle.

    Buvez, mettez-vous au lit, et dormez !


    Et... ça marche ?

    Bon, c'est une recette de grand-mère, donc ça ne remplace pas une visite chez le médecin, mais en gros : ça soulage.
    Pour faire court - et parce que si je cherche une explication bien scientifique je ne vais rien comprendre et vous non plus -  l'eau bouillante réchauffe le corps, l'alcool endort la gorge et le citron apporte de l'énergie grâce à la vitamine C qu'il contient.


    Mais au fait, d'où ça vient ?

    Il a été inventé par l'amiral Edward Vernon, surnommé le "vieux grog", en raison du manteau qu'il ne quittait jamais, fait avec du tissu grossier ou à gros grain (grogman en anglais). Excédé de voir ses marins boire continuellement du rhum comme si c'était de l'eau - et faire n'importe quoi derrière - il fit ajouter un litre d'eau chaude à chaque quart de litre de rhum. Cette boisson fut ainsi nommée comme son inventeur. Le citron, aux propriétés antiscorbutiques, fut incorporé un peu plus tard.

    A chaque région correspond sa propre recette de grog ! On  peut ainsi remplacer le rhum par du cidre, du calvados, du cognac...


    Bonus : le conseil de Beau-Papa :

    "Alors, tu poses un chapeau au bout de ton lit, tu te prépares une grande cruche de grog bien chaud et tu files sous la couette. Tu alternes selon une méthode extrêmement précise : tu bois, puis tu regardes le chapeau. Lorsque tu verras trois chapeaux, cela signifie que tu es guérie - et complètement bourrée, mais ceci est un effet secondaire dont on s’accommode assez facilement. Prévois quand même un peu d'aspirine contre le mal de tête pour le lendemain."


    L'abus l'alcool etc...


    1 commentaire
  • C'est un fait, je ne cuisine pas souvent - voire pas du tout. Mais aujourd'hui, je ne sais pas, une envie folle m'a prise de me mettre aux fourneaux. Voici donc une recette toute simple de gâteau au chocolat qui ravira petits et grands, et que j'ai déniché sur le site de Marmiton. Simple et rapide, et le résultat est délicieux !

    - 200 g de chocolat noir
    - 4 oeufs
    - 125 g de beurre
    - 150 g  de sucre en poudre
    - 100 g de farine
    - 1 sachet de levure
    - sucre glace

    ______________________________

    * Préchauffez le four à 180°C (thermostat 6)
    * Faites fondre le chocolat, puis ajoutez-y le beurre
    * Dans un saladier, mélangez les oeufs, le sucre, la levure et la farine
    * Versez-y le chocolat fondu et mélangez jusqu'à obtention d'une pâte homogène
    * Versez la préparation dans un moule beurré, et laissez cuire de 25 à 35 minutes. A mi-cuisson, recouvrez d'une feuille d'aluminium.
    * Pour vérifier la cuisson, plongez un couteau dans le gâteau. Il doit en ressortir quasiment propre.
    * Démoulez le gâteau, et saupoudrez de sucre glace.


    Et voilà le résultat :


    gateau au chocolat


    Vu que je ne suis pas une grande cuisinière, il n'est pas très joli, mais franchement il est super bon (en plus on l'a attaqué alors qu'il était encore tout chaud, du coup il y avait encore des morceaux de chocolat fondu dedans, une vraie tuerie).

    Cette recette possède en outre un atout majeur à mes yeux : il n'y a pas de blancs à monter en neige. Non, parce que les blancs en neige, c'est bien, ça donne un côté aérien à tout gâteau, mais quand comme moi on n'a pas de batteur, tout de suite on se sent moins chaud pour y aller à l'huile de coude - et du coup, on s'en fout un peu du côté aérien du gâteau en question.

    Et si moi j'ai réussi, c'est que personne ne peut le rater !

    A vos fourneaux !

    1 commentaire
  • Mes chers lecteurs, aujourd'hui j'ai testé pour vous une chaîne de restaurants encore peu connue : le Tiger Wok !


    tiger wok

    Tiger... quoi ?

    Le wok a été "conçu à une époque où la rareté du combustible obligeait à cuisiner sur un seul feu et dans le même récipient. Il est encore très largement utilisé dans les "food stall" (stands à nourriture) au bord des routes allant de la Mongolie à la Malaisie.
    Une cuisson courte à feu très vif permet de conserver leur croquant aux légumes, leur moelleux aux viandes et leurs saveurs aux poissons. L'aventure culinaire offerte par cet ustensile a cela de merveilleux qu'elle permet de cuisiner des plats à la fois SAINS et SUCCULENTS en préservant les saveurs et les qualités NUTRITIONNELLES des aliments. Jeunes et moins jeunes y trouvent un plaisir certain.
    " (sources : site internet du Tiger Wok)


    Et ta première impression ?

    Une ambiance feutrée, tout en déclinaisons de noirs et d'oranges reprenant des thèmes plus ou moins asiatiques. Les tables sont un peu près les unes des autres, mais le personnel est sympa, alors laissons-nous tenter...


    La carte et les menus :

    Bon, le Tiger Wok est une chaîne de restaurants, on sent quand même la carte formatée pour plaire au plus grand nombre, mais qu'importe ! Les plats sont suffisament exotiques pour que cela ne se voit pas. Par contre, il y a peu de choix, et je ne pense pas que la carte soit souvent renouvelée, du coup ce n'est pas le genre de restaurant qu'on se fait cinq fois dans le mois pour la diversité.

    Les plats sont proposés à l'unité ou en menus - menus qui sont sensiblement plus chers le week-end.


    Et pendant le repas ?

    Ce qui fait le sel du Tiger wok, ce sont... ses woks, justement.

    Les serveurs vous apportent une petite assiette que vous allez remplir au buffet avec les ingrédients de votre choix : viandes blanches ou rouges, poissons, choux chinois, poivrons, tofu, pousses de bambous, etc - il y a l'embarras du choix !

    Vous vous dirigez ensuite vers le wokeur qui trône derrières ses wok et qui vous guide pour le reste de la préparation : choix de la "pulpe" (ail, chili, etc), choix de la sauce, et garniture (ciboule, sésame ou coriandre). il y ajoute des nouilles ou du riz selon votre convenance, et wouf ! passe tout ça dans ce qui semble être tout à coup les flammes de l'enfer.
    Franchement, voir son repas préparer en direct, ça a de la gueule. Pour mieux visualiser tout ceci, je vous conseille d'aller voir la vidéo sur leur site.

    Avec votre wok vous est servi - apparement à volonté, mais je n'ai même pas fini mon bol, du coup je ne suis pas sûre - du riz parfumé au jasmin.


    Conclusions ?

    Le cadre est zen et dynamique à la fois, les serveurs sont très sympas, et la nourriture est bonne ! Ne prévoyez par contre rien de trop violent derrière, le repas se révélant fort copieux.

    Une adresse à retenir, donc !


    Le Tiger Wok est situé dans les grandes villes françaises : Strasbourg, Metz, Lilles, Lyon, Ivry, Dijon et Nîmes ; des ouvertures prochaines dans d'autres villes sont prévues.

    Besoin de plus d'infos, ou de vous régaler déjà les yeux ? Allez voir  leur site.

    votre commentaire
  • fraises



    Cette année, la marque Haribo fête les 40 ans de leur plus célèbre petit bonbon, j'ai nommé... la fraise Tagada ! Son nom aurait été trouvé par le directeur commercial de l'époque qui s'inspira d'un spectacle de music hall où il entendit une petite ritournelle "tagada tsoin tsoin"... Vraie ou fausse, cette histoire ne manque pas de charme.
    Grâce à sa recette tenue top secrète (pas fous, les fabricants...) la fraise se vend à pas moins de 1 millard par an - soit 30 par seconde. Ca donne le vertige, non ?

    En furetant sur la toile, j'ai déniché quelques recettes et produits dérivés qui à défaut de remplir vos estomacs vous émerveilleront les yeux ^^

    porte clef

    Le porte-clef Tagada...

    parfum

    Le parfum d'ambiance Tagada... Pour que toute la maison sente bon !

    bague

    La bague Tagada réalisée en pâte Fimo (trop réaliste, j'aurai tout le temps envie de me croquer le doigt !)


    t shirt tagada

    Le T-shirt tagada, pour que ce soit vous que l'on ait envie de manger ^^

    chaussettes
    Le meilleur pour la fin : les chaussettes... Parfumées à la fraise Tagada (Si, si, véridique !!!)





    Enfin, on peut trouver sur le net de nombreuses recettes à base de ces délicieux bonbons : mousse aux fraises Tagada, cake, macaron, glace, vodka... Il y en a pour tous les goûts !

    Et mon petit doigt me dit que maintenant vous avez envie de vous ruer sur le paquet de bonbon le plus proche :p

    Alors, merci qui ?


    1 commentaire
  • En vacances en Belgique il y a un an, j'ai eu l'occasion de goûter toutes sortes de bières plus sympathiques les unes que les autres.

    Une a particulièrement accroché mes papilles avec un traître goût de reviens-y : la Tripel Karmeliet.

    Cette bière blonde est conçue par la brasserie belge Bosteels - qui produit également la Kwak. Pour la petite anecdote, on raconte qu'elle aurait été élaborée par des moines carmélites au XVIIeme siècle, d'où son nom. Mais pourquoi Tripel, me direz-vous ? (je sens que j'ai attiré votre attention) Aha... Bah sur le coup, je n'en avais pas la moindre idée (et là, j'ai perdu tout mon auditoire...)
    Après recherches, cela signifie qu'elle a fermenté trois fois, d'où un goût plus prononcé.

    D'ailleurs, son goût... Mmh... Déjà une mousse abondante, pour ceux qui aiment (moi ça me laisse un peu froide, mais bon...) et une belle couleur d'un jaune-orangé trouble. Elle a une saveur de céréales fruitées, légèrement amère sur le fond, mais douce en même temps.

    Une bière qui se boit facilement, mais qui vous prend facilement en traître : elle affiche allègrement 8° d'alcool !

    Fiche technique :
    La Tripel Karmeliet
    Type : trippel d'abbaye, blonde
    Couleur : jaune orangée
    Teneur en alcool :
    Goût : fruité












    La Tripel Karmeliet et son verre : ça donne envie :p


    L'abus d'alcool etc... Mais ça vous le savez déjà !

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique