• Dans les royaumes orientaux de Tanjor, le Peuple Turquoise est réduit en esclavage depuis des millénaires. Mais il chérit une légende qui lui donnera un jour le courage, l’étincelle qui lui manquent pour se révolter : la légende d’Ayesha, la déesse qui commandera aux étoiles et rendra la liberté à ses enfants condamnés.

    Marikani, la reine déchue et pourchassée, est-elle l’incarnation d’Ayesha ? Est-elle celle qui doit allumer le feu de la révolte et devenir le guide de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants, jetés sur les routes en quête d’un refuge, à travers le chaos et la guerre ?

    Ceci est l’histoire d’une femme indomptable, de ceux qui l’ont aimée et de ceux qui l’ont trahie. C’est l’histoire d’une révolution.

     

    Ayesha, la légende du Peuple Turquoise / Ange

     

    Mention spéciale pour ce texte de fantasy française, incroyablement bien maîtrisé, tant au niveau des personnages qu'à celui de l'intrigue.

    On entre brutalement dans le récit, par le biais d'Arekh, homme à la fois brutal et mystérieux, qui est sauvé de la noyade de justesse par Marikani Aya Arrethas, héritière du trône d'Harrabec. Geste qui marque profondément cet homme, qui aidera Marikani à récupérer son trône, et la suivra, entre amour et haine, entre complicité et incompréhension, dans sa quête de vérité absolue...

    Si à la base le récit semble être un énième classique de fantasy - dieux disparus, guerres, quête... - on remarque vite qu'il y a quelque chose en plus. Déjà, l'ambiance orientale, qui nous change agréablement d'une fantasy moyen-ageuse  (même si j'adore ce genre d'histoire aussi !) ; les us et coutume du palais d'Harrabec, lieu raffiné et sensuel ; la Cité des Pleurs et le Peuple des Exilés ; l'enfer du désert... Des lieux décrit avec tant de justesse que l'on a l'impression d'y être...

    Ensuite, les personnages. Nous n'avons pas ici affaire avec un jeune héros qui par le biais d'une quête va mûrir et devenir un grand guerrier/sorcier/roi (rayer les mentions inutiles). Arekh est un homme sombre et colérique, au passé mystérieux et violent. C'est un homme qui a du sang sur les mains, et qui n'hésite pas à utiliser des moyens vils pour arriver à ses fins. Marikani, de son côté est une jeune femme "de caractère", impulsive et passionnée. Ils ont tous deux une vision très différente de la vie, et leur attirance mutuelle est bien souvent mise de côté pour des accès de rage brutale l'un envers l'autre. Une relation toute en ambiguïté...

    Les personnages secondaires sont tout aussi bien fouillés, sans le classique manichéisme que l'on retrouve parfois dans ce genre d'histoire. Harrakin en est un parfait exemple. Ce cousin de Marikani, rompu aux intrigues de la cour, retors et calculateur, tente de la faire assassiner... Ce qui ne l'empêche d'être un homme qui pense avant tout au bien de son pays, homme raffiné, plein d'humour, et un stratège hors-pair dans les batailles... 

    En somme, un récit bien mené et original, qui traite avec brio  de l'horreur de la guerre, du poid des traditions et de la folie aveugle des intégrismes en tout genre. Aucun personnages n'est épargné par les auteurs ; malmené par la vie, ils luttent avec  rage pour survivre, mais quel est le chemin à suivre quand tout un peuple de proscrits compte sur vous ?  La chute du récit nous atteint de plein fouet en nous laissant abasourdis...

    Un livre qui redonne ses lettres de noblesse à la fantasy française et vous marquera sûrement !


    votre commentaire
  • Né du rêve d'un conquérant, le Vieux Royaume n'est plus que le souvenir de sa grandeur passée... Une poussière de fiefs, de bourgs et de cités a fleuri parmi ses ruines, une société féodale et chamarrée où des héros nobles ou humbles, brutaux ou érudits, se dressent contre leur destin. Ainsi Benvenuto l'assassin trempe dans un complot dont il risque d'être la première victime, Ædan le chevalier défend l'honneur des dames, Cecht le guerrier affronte ses fantômes au milieu des tueries... Ils plongent dans les intrigues, les cultes et les guerres du Vieux Royaume. Et dans ses mystères, dont les clefs se nichent au plus profond du coeur humain...
    Jean Philippe Jaworski met une langue finement ciselée au service d'un univers de fantasy médiévale d'une richesse rare. Entre rêves vaporeux et froide réalité, un moment de lecture unique.



    Janua Vera / Jean-Philippe Jaworski




    Voici un recueil de nouvelles à ne pas manquer !L'auteur passe avec brio du style comique au style épique, en passant par l'enquête politico-policière menée sur un ton gouailleur et le récit moyenâgeux aux accents tragiques et mystérieux... Chacun de ces récits se lit indépendament les uns des autres, mais un fil rouge les relie - le Vieux Royaume, avec toutes ses intrigues et ses guerres.
    Jaworski met tout son talent à nous décrire la noirceur de l'âme humaine - on le constate notamment dans Mauvaise Donne et Au service des Dames. Il nous parle de deuils, de conspirations, de rêveries-fleur-bleue, ou de légendes tragiques et à demies-oubliées avec la même virtuosité.

    Suzelle la rêveuse, Benvenuto l'assassin cynique, maître Calamme le pauvre petit fonctionnaire... On s'attache à ces personnages dont la psychologie est si bien décrite. Et reste dans nos esprits quelques images, comme le Bosquet des Desséchés, Ciudala la cité grouillant de monde, les champs de bataille infernaux, et la forêt de Noant-le-vieux où courent depuis des siècles deux terribles fantômes à la recherche d'une mystérieuses jeune femme...
    Point trop de magie dans ces récits, où alors à petite touche, à peine visible. Lecteurs qui ne supportez plus les histoires avec de grands mages sages et de méchants nécromants, ruez-vous sur ce livre !


    Ce recueil a eu le très mérité Prix du Cafard Cosmique 2009.

    Janua Vera
    Jean-Philippe Jaworski
    Editions Gallimard
    8.60€

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique